Une centrale pour aider les asbl face aux marchés publics à Charleroi

Et si votre club de sport ou la maison de jeunes de votre quartier mettait la clé sous le paillasson pour non-respect des marchés publics?

Des crayons ou des chaises de bureau: toutes les dépenses des associations financées par de l’argent public, des subsides, doivent passer par une procédure qui garantit que le meilleur achat a été fait en toute transparence. Mais la procédure est compliquée et ce n’est pas toujours facile pour une petite asbl de l’effectuer correctement.

Alors, pour les aider, la Maison pour Associations de Charleroi a mis sur pied une centrale de marchés publics.

Obligation légale

Cela concerne des associations actives dans tous les domaines de la vie quotidienne: tourisme, culture ou santé par exemple. La FUNOC, en plein centre de Charleroi, fait de la formation d’insertion professionnelle pour plus de 1 500 personnes par an.

Elle est évidemment concernée par l’obligation légale des marchés publics comme le confirme Mario Luciano, adjoint de direction: “Pour n’importe quel achat que nous devons effectuer dans l’association, du stylo à bille au papier toilette comme les assurances, les photocopieurs ou le matériel informatique, nous devons lancer un marché public.”

Pour éviter les désagréments

Critères précis de sélection et normes comptables font qu’effectuer un marché public demande du savoir-faire administratif et prend du temps. Avec un risque de recours ou de disparition d’une partie de ses subsides. L’initiative de la Maison pour Associations de Charleroi tombe à point pour tenter d’éviter ces désagréments. Pour Caroline Davini, la directrice de la MPA, “L’idée c’est de réaliser toute la procédure de passation du marché à la place de l’association : les produits d’entretien, la brasserie, la téléphonie, l’énergétique avec, là, l’obtention de tarifs préférentiels en regroupant les commandes.  Les associations pourront suivre au jour le jour l’évolution des marchés que l’on met en place et il suffira simplement de nous rentrer une fiche technique qui permettra de passer la commande chez le fournisseur. Le non-respect d’un marché public peut être catastrophique pour une association avec des conséquences financières dommageables pouvant entraîner la dissolution d’une asbl. ”

Le service se paie entre 100 et 300 euros en fonction de la taille de l’asbl. Mais vu le groupement des acteurs, les prix obtenus devraient être avantageux.

Article de Maxime Paquay et Daniel Barbieux pour la RTBF

Comments are closed.