Un signal encourageant pour des achats plus équitables en Suisse

suisseSans adhérer à la «Fair Wear Foundation» (FWF), les CFF ont cependant reconnu les exigences de l’initiative pour des habits équitables lancée par les œuvres d’entraide chrétiennes Pain pour le prochain (PPP), Action de Carême (AdC) et Etre partenaires. L’entreprise de chemins de fer entend faire davantage attention aux conditions de travail et aux critères sociaux pour l’achat d’uniformes.

Le but de la pétition lancée ce printemps – signée par 18’000 personnes – devient de plus en plus réalité, se réjouissent les œuvres d’entraide dans un communiqué du 17 novembre 2014. «Les membres de la FWF pourront désormais répondre aux appels d’offres des CFF pour l’achat de vêtements de travail sans devoir adhérer à l’organe de certification et à l’initiative de vérification BSCI, ni se soumettre à son contrôle», explique Erica van Doorn, directrice de la FWF. Elle souligne que c’est «un premier pas dans la bonne direction.»

Un système de contrôle insuffisant?

La BSCI (Business Social Compliance Initiative) est une initiative du secteur du textile à laquelle prennent part les CFF. Les membres s’engagent à exiger de leurs fournisseurs le respect de normes minimales en matière de conditions de travail et de salaires. Il n’y a cependant pas de contrôle indépendant. Et la publication des résultats n’est pas obligatoire. La FWF applique des critères plus stricts et associe aux contrôles les entreprises, le personnel et les syndicats sur un pied d’égalité. Les trois organisations chrétiennes estiment que cette approche multipartite offre une meilleure garantie du respect des normes sociales de production chez les fournisseurs et dans les usines des marques que l’engagement déjà pris par les CFF.

Certaines exigences de la pétition ont tout de même été prises en compte par l’entreprise, relève le communiqué des œuvres d’entraide. Jacqueline Klaiss Brons, responsable des achats auprès de l’ex-régie fédérale, a assuré que les CFF continueraient, dans leurs procédures d’achats, à collaborer avec des fournisseurs appliquant les normes les plus élevées. Les CFF se sont par ailleurs proposés d’œuvrer au sein de la BSCI pour l’amélioration des contrôles.

La Poste est membre de la FWF

Il est déjà arrivé que des fabriques se soient écroulées ou aient brûlé, au Bangladesh, alors qu’elles venaient d’être certifiées par la BSCI, notent les auteurs de la pétition. Ces derniers s’avouent ainsi «légèrement déçus» par le refus des CFF d’adhérer à l’initiative équitable. Ils relèvent que La Poste est membre de la FWF depuis 2012 et que cette option est donc possible pour une grande entreprise suisse.

AdC, PPP et Etre partenaires s’engagent aussi sur le plan politique, afin que les normes sociales soient prises en compte et contrôlées dans les procédures de marchés publics. Ces normes doivent être inscrites expressément dans la Loi fédérale et l’accord intercantonal sur les marchés publics, assurent les organisations. C’est la seule manière de garantir que toutes les entreprises impliquées dans ces marchés tiennent compte et appliquent, en plus de standards économiques, des normes sociales et écologiques minimales, soulignent les œuvres d’entraide.

Article APIC

Comments are closed.